Intégrez le Master 2 MEEF option "Pratiques numériques en éducation"

Vous souhaitez apprendre à construire des médiations éducatives en lien avec les enjeux du numérique et l'éducation aux médias ? Vous recherchez une formation d'un an dans le cadre de la formation continue, validant un diplôme de rang national ?

L’écriture collaborative pour garder le lien entre élèves en présentiel et élèves en distanciel.

L’écriture collaborative pour garder le lien entre élèves en présentiel et élèves en distanciel.

La fermeture des établissements scolaires corrélée au confinement généralisé de la population a totalement bouleversé les pratiques pédagogiques des enseignants. Cette période d’enseignement à distance, appelée également “continuité pédagogique”, a permis aux enseignants d’enseigner différemment. Ils ont notamment dû s’adapter pour pouvoir permettre aux élèves de garder un lien avec leurs apprentissages.

À la suite de cette longue période d’enseignement à distance, les établissements ont été autorisés à rouvrir mais selon des modalités bien précises. Outre l’application d’un protocole sanitaire renforcé, les enseignants ont dû faire face à de nouvelles contraintes pédagogiques : une partie des élèves présente en présentiel (c’est-à-dire dans l’établissement) ; une autre partie des élèves en distanciel (c’est-à-dire qu’ils restent chez eux). C’est ce que l’on appelle l’enseignement hybride.

Comment mettre en place l’enseignement hybride ? Dois-je faire les mêmes séances d’une semaine à l’autre pour permettre à tous les élèves d’avoir les mêmes cours ? Comment mobiliser et mettre en activité les élèves restés chez eux ? Comment retrouver une dynamique de classe lorsque celle-ci est morcelée en deux entités ? Ce sont des questions que beaucoup d’enseignants se sont posés et ils ont dû s’adapter et innover pour trouver des réponses.

Pour ma part, j’ai décidé de voir l’enseignement hybride comme un moyen de permettre une collaboration inédite des élèves autour d’un projet d’écriture : la rédaction d’une nouvelle fantastique à deux mains.

Les objectifs de ce projet étaient :

  • Créer un lien entre les élèves présents en classe et les élèves restés chez eux afin de mobiliser l’ensemble des élèves de la classe.
  • Permettre la collaboration entre pairs autour d’un projet d’écriture long : la rédaction d’une nouvelle fantastique en classe de 4ème.
  • Exploiter un outil numérique : le pad dans l’espace des classes de Mon Bureau numérique.

Au niveau de la mise en œuvre, les élèves avaient deux séances par semaine d’écriture. Les séances étaient réparties de la manière suivante : une en début de semaine, une en fin de semaine. Les élèves qui étaient en classe avaient le rôle de rédacteur.trice principal.e. Leur mission était de rédiger le texte sur Mon Bureau Numérique via l’outil Pad. Je pouvais, grâce à cette répartition des rôles, privilégier les postures d’accompagnement et de lâcher-prise.

Les élèves qui étaient chez eux avaient le rôle de rédacteur.trice secondaire. Leur mission était de corriger le texte écrit par leur camarade et d’y apporter des améliorations.

Dans le meilleur des cas, les élèves étaient invités à se connecter à l’horaire du cours afin de pouvoir collaborer de manière synchrone avec leur binôme. Ainsi, les deux élèves travaillaient ensemble au même moment sur le même document : l’élève resté chez lui était donc pleinement mobilisé par la tâche qu’il avait a effectuer.

Mais, certains élèves n’avaient pas la possibilité et/ou la volonté de se connecter à l’horaire du cours. L’utilisation du pad permettaient à ces élèves de réaliser la tâche demandée à un autre moment de la journée.

L’outil permet à l’enseignant de pouvoir consulter « l’historique dynamique » du document. En d’autres termes, l’enseignant peut retracer l’évolution du document. Cela permet notamment de vérifier que les élèves restés chez eux ont bien collaborer au document. C’est également un outil précieux car il permet, si on analyse finement les propositions de chaque élève, d’apprécier le travail de correction effectué par le rédacteur.trice secondaire.

Dans mon établissement, l’alternance hebdomadaire avait été mise en place. Cela veut dire que les élèves ont pu expérimenter les deux rôles : rédacteur principal et secondaire puisque le travail s’est déroulé sur plusieurs semaines.

Capture d’écran n°1 :  En violet, le rédacteur principal et en bleu, le rédacteur secondaire. On peut constater que l’élève a particulièrement centré sa tâche sur les corrections orthographiques et grammaticales.

Capture d’écran n°2 : Ici, on peine à distinguer le rédacteur principal et la rédactrice secondaire car l’élève qui travaillait depuis son domicile n’a pas hésiter à modifier le contenu en plus de corriger quelques erreurs d’orthographe grammaticale et lexicale.

Capture d’écran n°3 : On peut remarquer que l’outil Pad a également fait office de « chat » pour ces élèves. Les échanges entre ces deux élèves permettent à l’enseignant de constater que les deux élèves collaborent à la rédaction de cette nouvelle. C’est un des avantages du Pad selon moi car lorsque les élèves travaillent en groupe, le professeur peine souvent à connaître le degré d’investissement de chaque élève. 

Valentin

Comments are closed.